Mon enfant n’est pas motivé, quoi faire ?

La perte de motivation est un phénomène souvent fréquent chez les enfants, mais surtout chez les pré-adolescents et adolescents. La fin de l’année est loin d’être arrivée qu’ils sont déjà démotivés face à leurs devoirs et leçons. Maintenant, comment faire en sorte que la personne retrouve sa motivation et mette de côté sa procrastination ? Dans cet article, vous trouverez des trucs de base pour mieux comprendre la motivation et la stimuler de manière adéquate.



La motivation passe par l’action !


Bien que cela puisse paraître évident pour les personnes qui sont naturellement plus motivées, la motivation ne tombe pas du ciel. Elle arrive avec l’ACTION. Cependant, la personne qui n’a plus de motivation ne veut pas se mettre en action et c’est là qu’on se retrouve dans un impasse. Lisez le point suivant pour savoir comment on peut faire comprendre à la personne l’importance de se mettre en action pour qu’elle puisse retrouver sa motivation.


Les difficultés ne sont pas permanentes


Selon une vision basée sur les neurosciences (l’étude du cerveau pour comprendre le comportement humain), on peut comprendre que le cerveau fait preuve de «plasticité». En d’autres mots, cela veut dire que la personne qui présente, par exemple, des difficultés en mathématiques ne présentera peut-être pas TOUJOURS des difficultés en mathématiques, car les connexions dans son cerveau sont modulables. Cela veut dire qu’au gré de l’acquisition de nouvelles connaissances, la personne développe de nouvelles connexions dans son cerveau qui font en sorte que la personne n’est pas prise à tout jamais dans ses difficultés. Oui, pour certaines personnes, les apprentissages peuvent être plus difficiles dus à des problèmes neurologiques ou des difficultés d’apprentissages. Mais, même cette personne peut créer de nouveaux chemins dans son cerveau lorsqu’elle met des efforts pour faciliter ses nouveaux apprentissages. Ainsi, ça inculque une vision d’empowerment à la personne : cette dernière a une emprise sur sa vie. Elle voit que si elle met des efforts et se met en action, il y a des chances qu’elle vive des réussites. Ce phénomène favorisera sa motivation.


Aborder les efforts, mais attention !


Mis à part cela, il est important d’aborder les efforts que l’enfant met dans ses apprentissages plutôt que les réussites. Effectivement, certains enfants vivent des réussites sans y mettre beaucoup d’efforts. Ces enfants pourront être confrontés à des difficultés dans le futur et pourront voir leur estime d’eux-mêmes fragilisés si tous les compliments effectués étaient basés sur les réussites. Ainsi, on peut questionner l’enfant sur ce qu’il est fier dans son processus. Les réponses pourraient varier par exemple entre avoir fait tous ses devoirs ou d’avoir étudier 30 minutes de plus qu’au dernier examen. On peut donc le féliciter sur ce processus. Prudence ! Certains enfants mettent beaucoup d’efforts et n’en viennent pas qu’à avoir des résultats (scolaires ou autres) qui sont satisfaisants aux yeux de notre société. Il est important alors de diminuer nos attentes envers ces enfants pour qu’ils puissent vivre des réussites, vecteur menant à la motivation. On rejoint alors la zone proximale de développement de l’enfant.


Un plan concret


Une bonne idée peut être de s’asseoir avec l’enfant pour faire un plan concret avec ce dernier. Voici alors les questions sur lesquelles se pencher pour faire un plan efficace :

  • Quel est l’objectif à atteindre ? Ici, c’est important de penser à mettre un objectif réaliste quitte à le séparer en plusieurs petits objectifs plus atteignables.

  • Pourquoi je veux cet objectif ? C’est important de trouver une raison sur laquelle s’appuyer si jamais la motivation tente de se dissiper au fil du processus.

  • Quels sont les effets positifs de la mise en place de mon objectif ? Quels sont les inconvénients si je n’atteins pas mon objectif ?

  • Quelles sont les raisons qui motivent mon désir d’atteindre mon objectif aujourd’hui ?

On peut voir ce processus comme un cercle et non comme un processus linéaire. On peut faire l’exercice pour chacun des objectifs à atteindre dans le moment sans en faire un nombre exagéré.


Cet article de blogue se voulait alors un petit guide pour mieux comprendre les processus derrière la motivation humaine et comment faire pour la retrouver si cette dernière semble perdue au fond des souliers !


Aurélie Lafontaine, éd. sp., B. Éd., candidate à la maîtrise en orthophonie


SOURCES

Fondation Jeunes en Tête. (s.d.). Le développement d’une saine estime de soi.


Lebali, S. (s.d.). Le cycle de la motivation. Schéma basé sur les cours de l’Académie Excel Coaching


Masson, S. (2022). Comprendre le cerveau pour favoriser la motivation. Formation PRÉCA.


Papalia, D. E., Martorell, G. (2018). Psychologique du développement de l’enfant (9e édition). Chenelière Éducation.


233 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout