Introduction au TOM (trouble orofacial myofonctionnel)

Dernière mise à jour : 13 juin

Parmi les profils de la clinique ORpair se retrouve l’acrobate, qui fait référence aux personnes présentant un trouble orofacial myofonctionnel. L’acronyme TOM est souvent employé pour désigner cette problématique et, avouons-le, est beaucoup plus simple à prononcer!



À notre clinique, la clientèle TOM se distingue des autres, puisqu’elle est composée de personnes de tous âges, enfants, adolescents et adultes. De plus, elle implique un précieux travail de collaboration avec les dentistes et les orthodontistes.


Qui est l'Acrobate ?


Entrons dans le vif du sujet et définissons ce qu’est un TOM. Ce sont des patrons moteurs impliquant la musculature orale et orofaciale qui interfèrent dans la croissance, le développement et le fonctionnement des structures orofaciales. En d’autres mots, c’est lorsque les muscles de la bouche et du visage ne font pas les mouvements adéquats ce qui nuit à la croissance, au développement et au fonctionnement des différentes parties de la bouche et du visage.


Les causes d'un TOM

Les causes d’un TOM peuvent être diverses, mais il y a toujours une raison qui a entraîné cette cascade de conséquences. Parmi celles-ci, on retrouve :

  • Avoir des habitudes orales et orofaciales nuisibles (exemple : sucer son pouce) ;

  • Respirer par la bouche de façon chronique ;

  • Avoir une mauvaise posture corporelle ;

  • Présenter un frein de la lèvre ou de la langue qui restreint les mouvements (exemple : frein trop court) ;

  • Présenter d’autres particularités au niveau des structures de la bouche (exemple : blessure dentaire, malocclusions squelettiques).

Ces causes peuvent apparaître à tous âges ; on peut donc développer un TOM peu importe notre âge.


Le principe-clé pour bien comprendre le TOM est que pour une raison X, un espace excessif est engendré entre les arcades dentaires (dents du haut et dents du bas), c’est-à-dire que la bouche est plus « ouverte » que ce à quoi on s’attend (et ce, même si les lèvres sont fermées et donc, que la bouche ne parait pas nécessairement être ouverte). Cet espace a pour effet que la langue aura tendance à se placer en bas (plutôt qu’en haut), puisque cela lui demande moins d’effort. Puis, comme la langue et les muscles de la bouche et du visage sont impliquées dans différentes activités, cela se reflète autant dans la posture de la bouche au repos, dans la façon d’articuler les sons quand on parle ainsi que dans la mastication et la déglutition (action d’avaler) quand on mange.


Comment reconnaître une personne qui présente un TOM ?


Selon le degré de sévérité, un TOM peut être plus ou moins évident à détecter. Tout de même, vous pouvez vous-même observer des signes indiquant la présence d’un TOM chez vos proches ou même chez vous, et certains professionnels comme les dentistes, orthodontistes, assistantes dentaires et hygiénistes, ainsi que les orthophonistes, sont d’autant plus susceptibles d’observer ces signes. Voici donc quelques signes et symptômes qui peuvent laisse présager la présence d’un TOM:

  • Respiration buccale ;

  • Particularités dentaires ou orales (exemple : frein de langue restrictif, malocclusion dentaire) ;

  • Bouche ouverte et langue avancée au repos, lors de l’alimentation ou lors de la parole ;

  • Nourriture, breuvage ou salive qui sortent ou s'écoulent de la bouche ;

  • Succion du pouce, du doigt, de la langue ou d'une suce (après l'âge de 12 mois) ;

  • Troubles d'articulation (exemple : parler sur le bout de la langue).


Quels sont les impacts d’un TOM et quelle est l’importance d’agir ?

Lorsque les muscles de la bouche et du visage comme ceux des lèvres, de la langue ou de la mandibule ne font pas les mouvements souhaitables, ils engendrent des forces qui peuvent être comparables à celle exercé par un appareil orthodontique. Cela peut donc causer un déplacement des dents et par conséquent, peut être responsable, dans certains cas, de malocclusions dentaires, qui pourraient éventuellement nécessiter un traitement en orthodontie (exemple : appareils, broches).


Cela peut aussi influencer la physionomie et l’apparence d’une personne, par exemple, avoir un visage plus allongé ou un menton plus reculé. Un TOM peut même être responsable d’un aspect plus fatigué (exemple : cernes foncés), car la qualité du sommeil peut en être affectée. Quand on sait qu’une grande partie du développement orofacial (de la bouche et du visage) et dentaire est terminé vers l'âge de 6 ans, cela souligne l’importance d’agir tôt, puisque certains impacts pourraient être évités ou tout du moins, amoindris, grâce à un thérapie TOM.


De plus, si on pense à la parole, si une personne articule d’une manière différente (exemple : parle sur le bout de la langue), cela peut nuire à son estime de soi. Pour ce qui est de l’alimentation, cela peut causer des problèmes de digestion comme des ballonnements et il peut être plus difficile pour la personne de manger la bouche fermée et « silencieusement ».


Prévenir une rechute à la suite d’un traitement orthodontique

Il est fréquent en clinique de voir des clients adultes, qui doivent avoir recours à nouveau à un traitement orthodontique. En effet, si ces clients avaient déjà un TOM en bas âge ou en ont développé un plus tard, cela peut avoir déplacé leurs dents (à nouveau, dans certains cas). Il est donc primordial de travailler en équipe « dentiste-orthophoniste » afin de s’assurer que ce second épisode de traitement orthodontique sera le bon (et le dernier!). En ce sens, si un TOM est présent, le fait de le traiter en orthophonie pourra optimiser et stabiliser le traitement en orthodontie.


À quoi puis-je m’attendre lorsque je consulte en orthophonie pour un TOM ?


Tout d’abord, l’orthophoniste procédera à une évaluation afin de confirmer la présence d’un TOM, d’en déterminer la-les cause-s ainsi que les impacts, puis cela permettra d’établir un pronostic et de déterminer des objectifs d’intervention. Par la suite, le type d’intervention recommandé varie selon chaque personne. Dans la majorité des cas, pour une thérapie TOM complète, il y a une phase appelée « intensive » où les rencontres en orthophonie sont hebdomadaires et où des exercices sont à pratiquer quotidiennement. Une fois cette 1re phase complétée, on passe à la phase de maintien, où la fréquence des rencontres diminue progressivement, le tout dans le but de prévenir les rechutes et de s’assurer du bon fonctionnement des muscles de la bouche et du visage à long terme. La prise en charge en orthophonie pour le TOM nécessite l’implication et la motivation du client ainsi que de sa famille, s’il est enfant ou adolescent. Votre orthophoniste fera saura vous guider et faire équipe avec vous afin d’obtenir les résultats escomptés.


Maintenant, connaissez-vous mieux l’acrobate?


Article écrit par Marika Beaudoin-Landry, orthophoniste


Sources :


Formation Troubles orofaciaux myofonctionnels (TOM) – Évaluation & intervention offerte par Annie Bertrand, orthophoniste


Association québécoise des orthophonistes et audiologistes (AQOA). (Année inconnue). Trouble orofacial myofonctionnel. [Repéré en ligne le 18 janvier 2022 à : https://aqoa.qc.ca/trouble-orofacial-myofonctionnel/ ].













296 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout