top of page

Voir la vie en rose avec la parentalité positive ?

À la Clinique ORpair, nos professionnelles s’assurent d’appuyer leurs interventions sur des principes provenant de l’approche de la parentalité positive. Avez-vous déjà entendu parler de cette approche ? Si cela vous semble inconnu, cet article de blogue vise à la définir brièvement en plus de déboulonner certains mythes qui y sont associés tout en terminant par quelques pistes d’intervention à implanter au quotidien pour pencher vers cette approche bienveillante.



Qu’est-ce que la parentalité positive ?


La parentalité positive est une approche qui guide l’éducation des enfants. Avez-vous déjà entendu parler de parentalité positive, de parentalité bienveillante ou de parentalité sécurisante ? Sans que tous ces termes soient synonymes, ils recoupent plusieurs éléments fondamentaux pour favoriser une éducation positive chez les enfants. Grosso modo, ces approches préconisent la mise en place première de la validation émotionnelle. Mais, qu’est-ce que ça mange en hiver ? Nous vous invitons à lire La corégulation pour accompagner votre enfant dans ses émotions et ses comportements ou à jeter un coup d'œil à la section « Éducation spécialisée » de notre blogue pour en apprendre davantage sur ce principe.


En plus de prendre en compte cette composante, il est non négociable de mettre en place un cadre clair, constant et cohérent pour offrir une bonne éducation. Pour ce faire, nous vous invitons à discuter en couple des règles « non-négociables » à faire respecter aux enfants. Aussi, un autre des piliers de la parentalité positive est de toujours essayer de comprendre au-delà du comportement de l’enfant. En effet, plutôt que de venir intervenir sur le comportement de l’enfant, nous tenterons plutôt de comprendre la raison derrière le comportement qu’il vient d’effectuer. Cela témoigne souvent d’un besoin qui n’a pas été répondu.


Finalement, une autre des composantes à considérer est de laisser tomber l’aspect punitif de l’éducation pour prioriser les conséquences. Quelle est la nuance ? C’est en fait de toujours se demander ce qu’on veut faire apprendre à l’enfant en lien avec le comportement qu’il a eu. Cela favorise donc à la fois les mécanismes de résolution de problèmes.


Quels sont les mythes associés ?


Je dois dire oui à tout.


Un des mythes qui perdurent en lien avec la parentalité positive est de penser que l’on doit toujours dire oui à l’enfant. Bien au contraire, cela irait contre l’un des principes de la parentalité positive qui est de faire apprendre à l’enfant des stratégies de résolution de problèmes s’il en survient. Ainsi, toujours dire « oui » à l’enfant ne lui ferait vivre aucune situation d’apprentissage. Rappelons-nous, il faut avoir des limites et des règles claires pour être cohérents et constants le plus possible, argument qui vient déboulonner ce premier mythe.


Mon enfant deviendra un « enfant-roi ».


Il est évident que si nous avons comme préconception que la parentalité positive est une approche laxiste et permissive, nous pensons par le fait même que l’enfant deviendra un « enfant-roi », car on lui dit toujours « oui ». Bien au contraire, la parentalité positive permet à l’enfant de faire des apprentissages et lui permet aussi de développer des stratégies de régulation des émotions par lui-même, mais sous la guidance de son parent. Ainsi, cela favorise un bon développement de son intelligence émotionnelle et favorise le développement de qualités primordiales comme l’empathie.


Cette approche est faite pour les parents parfaits.


Plusieurs parents voient cette approche comme celle qui a été conçue pour les parents parfaits. Souvent, ils s’éloignent aussi du fait d’essayer cette approche par peur que ce soit « trop loin » de leurs capacités actuelles. Cependant, ce qui est intéressant avec l’approche de la parentalité positive est que l’on peut adopter cette vision petit à petit pour ne pas se décourager. À un moment donné, cette vision devient naturelle et fait donc en sorte que le quotidien devient moins lourd.


Quelles interventions mettre en place ?


Maintenant que vous avez une meilleure idée de ce qu’est la parentalité positive, voici quelques idées, en rafale, à mettre en place pour adopter cette vision :

  • Valider les émotions vécues par l’enfant;

  • Réfléchir à trois consignes non négociables à la maison pour favoriser la mise en place d’un cadre clair, constant et cohérent;

  • Tenter de comprendre la raison derrière le comportement de l’enfant;

  • Établir des conséquences logiques;

  • Faire des changements graduellement.



Voici alors un bref résumé de ce qu’est l’approche de la parentalité positive. Dans cet article, vous avez été exposés à la définition de cette approche en plus de vous diffuser des explications derrières les mythes collés à cette approche et de vous partager quelques pistes de réflexion à mettre en place dans votre quotidien. En espérant que ces informations vous seront utiles pour vous guider vers ce changement de paradigme.


Article écrit par : Aurélie Lafontaine, éd. sp., B. Éd., candidate à la maîtrise en orthophonie








Sources :


225 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

コメント


bottom of page