Les périodes de jeu libre, pourquoi est-ce important d’en laisser aux enfants?

En tant que parent, avez-vous parfois l’impression que votre enfant ne fait que jouer pendant toutes ses journées ? Peut-être que vous avez déjà ressenti une certaine pression sociale à vous asseoir à table avec votre enfant afin de le faire “travailler” et “apprendre” avec du papier et des crayons. Rassurez-vous, le jeu est profondément bénéfique pour les enfants ; le jeu ne représente donc aucunement une perte de temps, mais bien la construction de bases solides dans plusieurs sphères de développement de votre enfant. De permettre à votre enfant de faire du jeu libre, c’est lui donner des ailes pour prendre son envol.



Le jeu, la base de tout apprentissage


Plusieurs formes de jeu existent : le jeu fonctionnel, qui arrive tôt dans l’enfance, suivi du jeu constructif ainsi que du jeu symbolique et les jeux formels (Papalia et Martorell, 2018). Vivant dans une société de comparaison et de performance, des acteurs tels que les parents, les intervenants, les enseignants et plus encore ont été amenés à mettre beaucoup l’accent sur la performance et la réussite pour suivre les valeurs de la société. Par contre, l’apparition de mouvements centrés sur la pleine conscience et le “vivre ici et maintenant” amène des instances à privilégier davantage le jeu libre. Bien que cela puisse paraître surprenant à première vue, ce type de jeu apporte plusieurs bénéfices à l’enfant au niveau de son développement global.


Le développement socioaffectif


Des thèmes comme le manque de confiance en soi et la faible estime de soi de l’enfant reviennent beaucoup dans les dires des parents qui consultent en éducation spécialisée (Pssst! Saviez-vous que nous avons un nouveau service en éducation spécialisée à la clinique ORpair ?). Laisser l’enfant jouer librement lui permettrait notamment de développer ces deux éléments de la sphère socioaffective du développement humain. Comment ? Tout cela se passe dans l’interaction avec les pairs et dans la création dudit jeu libre. Cela favorise en même temps les habiletés sociales de l’enfant, car il doit entrer en communication avec l’autre, négocier des règles du jeu, s’adapter au comportement d’autrui, essayer de comprendre comment l’autre voit le jeu, etc. Ces derniers éléments font alors allusion au fait que l’empathie est stimulée par le fait même (Fontaine, 2015).


Le développement langagier


Tout ce qui concerne les habiletés sociales nommées dans le paragraphe précédent fait aussi partie du développement du langage de l’enfant. On voit ici une interrelation entre les domaines de développement. Aussi, dans les périodes de jeu libre, certains enfants seront souvent amenés, d’emblée, à pencher vers le jeu symbolique. Qu’est-ce que le jeu symbolique ? C’est un jeu dans lequel l’enfant invente une situation imaginaire. En d’autres mots, il s’agit du jeu de “faire semblant” (Papalia et Martorell, 2018). Ce type de jeu est souvent un moyen intéressant pour stimuler le langage de l’enfant, car il est évident que le jeune se trouve dans un contexte d’intérêt à ses yeux et qu’il est toujours plus gagnant de passer par les intérêts de l’enfant pour le stimuler. Plusieurs autres bénéfices pourraient être nommés au niveau du développement du langage.


Le développement cognitif


Tout d’abord, toute la partie création et exploration dans le jeu libre sont deux notions très importantes à stimuler dans le développement cognitif. De plus, pour mentionner encore une fois la relation entre les domaines de développement, le fait que le jeu présente aux enfants un contexte d’apprentissage ludique leur permet de développement plus facilement des notions plutôt cognitives comme le dénombrement, l’orientation spatiale, l’estimation, la comparaison et bien plus encore sans qu’ils ne s’en rendent vraiment compte (Fontaine, 2015). Ce n’est pas pour rien, qu’à la Clinique ORpair, il nous arrive d’entendre un enfant dire « Maman, aujourd’hui, on n’a rien appris… on a juste joué ! » ce qui est assez mignon ! Vous pouvez notamment retrouver des mots d’enfant aussi cute les uns que les autres sur notre page Instagram !


Le développement moteur


Le jeu libre peut favoriser la motricité fine si l’enfant décide, par exemple, de jouer avec de petites figurines. Il doit adapter sa préhension à la taille de l’objet, tenir ce dernier en pince, déposer l’objet sur la ferme sans qu’il ne tombe avant, etc. Le jeu libre peut aussi stimuler le développement de la motricité globale, si, par exemple, l’enfant joue à sauter d’une roche à une autre pour éviter la lave au sol. Qui n’a pas déjà joué à ce jeu honnêtement ?


Tous ces exemples amènent le fait que le jeu libre est important au niveau de tous les domaines de développement. Finalement, il est très gagnant que l’enfant se sente plus confiant, qu’il développe ses habiletés sociales, qu’il apprenne sans trop s’en rendre compte et qu’il développe sa motricité. Alors, qu'attendez-vous pour aller jouer, vous aussi ?



Article écrit par : Aurélie Lafontaine, éd. spéc., étudiante au baccalauréat en psychoéducation


Références :


Fontaine, Marie-Pier (2015). « Une étude ethnographique sur l’organisation du jeu libre d’élèves de maternelle » Mémoire. Sherbrooke (Québec, Canada). Université de Sherbrooke, Maîtrise en éducation.


Papalia, D. E., Martorell, G. (2018). Psychologique du développement de l’enfant (9e édition). Chenelière Éducation.


77 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout